Gaëlle Weissberg sculpte des peuples tribaux dans des couleurs ocres et blancs qui auraient pû être des tatouages ou des symboles de clans. Elle replace ces peuples au centre de nos vies pour nous rappeler que nous avons autant à apprendre d'eux que eux de nous.