Bernard Louedin (22) peint le fantastique.

Doux rêveur, éternel poète, surréaliste à l’imaginaire inépuisable, nous dévoile un univers dont l’apparence fantastique n’est propice qu’à la représentation d’un mystère ?