Brassaï est un artiste multiple reconnu comme photographe. Il découvre la photographie dans les années 1920-1930. Il photographie en noir et blanc Paris de nuit ainsi que les personnages des années folles. Je trouve ses photos de nuit très angoissantes. Le noir ici prédomine et il est profond et occupe une large partie de la photographie, fermant celle-ci sur le sujet et les lumières qui le composent. Le charme de ces photos et aussi de voir la vie à l'époque : les voitures, les costumes, les devantures et aussi les célébrités ou futures célébrités. C'est un cadeau formidable qu'il nous a laissé et qu'il a sû cadrer pour nous en offrir les plus beaux aspects.

Christopher Hibbert est un photographe français qui maîtrise parfaitement le "light painting", cet art qui consiste à prendre une photo dans des faibles conditions de lumières avec un temps d'exposition long tout en dessinant, des personnages par exemple, avec une lampe de poche, parfois de couleur qui s'impriment sur la photo. Le nombre d'années de pratique lui permet de créer des scènes de plus en plus complexes et souvent poétiques ou humoristiques en tirant partie du décor dans lequel se fondent parfaitement ses personnages. Ses photos sont donc d'une grande originalité et très personnelles.

Henri Cartier-Bresson est un photographe du XXième siècle. Il prenait à la dérobée des clichés, souvent incluant des personnes, et cela dans le monde entier. Toutefois, malgrès cette spontanéité, il soignait énormément son cadrage pour réaliser des compositions équilibrées. Il travaillait en noir et blanc et ne réalisait pas lui-même ses développements. Il a participé à la fondation de l'agence Magnum.

Un très bon documentaire "Henri Cartier-Bresson, Biographie d'une regard" explique la manière dont il procédait et Henri Cartier-Bresson y explique ce qu'il pense de la photographie et de ces instants volés - mais mérités par un travail rigoureux.

Willy Ronis a vécu toutes les grandes transitions en termes de photos au XXème siècle. Mais a sû rester constant, en faisant de la photo en noir et blanc déjà, mais aussi en mettant presque systématiquement des personnes au coeur de ses photos y compris pour ses paysages. Il compose ses photos en choisissant un point de vue qui l'intéresse, puis attend le personnage qui va rentrer dans sa photo et la compléter. Ses photos sont donc souvent très bien composées et ont peu de vide. Il a publié de nombreux ouvrages et je recommande "Derrière l'objectif" aux éditions hoëbeke où il détaille son travail en déconstruisant 120 de ses photos.

Paolo Roversi est un photographe portraitiste italien vivant à Paris. C'est à la rencontre du noir de son atelier et du blanc de la lumière de sa fenêtre, qu'il place son sujet créant des nuances sur les visages et les corps. Son livre "Studio" présente certains de ses sujets et aussi son atelier et son matériel. Il a d'ors et déjà édité plus de dix ouvrages. Il travaille aussi bien le portrait que des personnes debout souvent sur un fond monochrome sombre.

Parfois on peut s'interroger si la photographie est un art ou non. Avec les photographies de Laurent Baheux, le doute n'est pas permis : nous sommes bien dans l'art. Déjà, Laurent Baheux travaille en noir et blanc et il recherche, cette lumière, ce contraste qui fait ressortir le sujet dans toute sa puissance et toute sa beauté.

Dans son livre "D'ivoire et d'ébène" (photographies animalières en Afrique), il craint que son livre soit un jour un recueil historique et que toutes les espèces animales qu'il photographie n'existent plus dans quelques années. Son livre sera une vraie référence dans ce cas là. On ne pourra que pleurer en feuilletant ce livre devant la beauté perdue de ces animaux. Mais c'est le côté noir de la face. Il y a aussi le côté blanc : peut-être n'est-il pas trop tard pour les sauver, ou plutôt, ne plus s'occuper de ses animaux et laisser vivre leur vie sauvage. Dans ce cas, le livre ne peut que nous ouvrir les yeux et nous inviter à faire tout notre possible pour que jamais ces animaux ne disparaissent de la surface de notre planète.

Son premier livre "Terre de lions", aux éditions Altus, ne demande aussi qu'à être découvert.

C'est en recherchant l'auteur d'une photographie de Georges Sand que je découvre, ou re-découvre, le photographe Nadar. Son travail de portraitriste dans les années 1850 à 1870 permet de découvrir, non seulement les visages de nombreuses célébrités de l'époque, mais aussi leurs tenus vestimentaires et les cadrages classiques.

Ses portraits, en noir et blanc et en lumière naturelle les premières années, sont assez larges et couvrent les tenues vestimentaires.

Il met en évidence, le métier, le caractère ou une expression de chacun de ses sujets. Pour Charles Philipon, caricaturiste, il jourera sur l'ombre de son sujet pour en tracer comme une caricature sur le mur derrière lui. C'est un vrai travail de recherche de personnalité et de mise en scène qu'il réalise dans son atelier en minimisant les artifices.

Il ne recherche pas systématiquement à capter le regard de son sujet mais bien à ce que ce regard soit le résultat d'une expression jusqu'à se tourner vers le ciel pour l'"apôtre" Jean Journet.

Les livres que j'ai lu :

  • "Collection 55 : Nadar" où l'on découvre ses portraits (très réussit)
  • "Nadar" édité par la galerie d'art du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, pour une rétrospective sur sa vie et son oeuvre, y compris ses dessins caricaturaux et ses ouvrages.

Marie-Louise Bernard est une photographe française qui parcourt le monde pour nous faire découvrir ce qu'elle aime et ce qui lui paraît beau, tout simplement.

Francis Tack se passionne pour les dunes et les pays qui les entourent. Il parcourt les déserts et ses peuplades et utilise un parapente pour nous offrir des images vues du ciel.

Vincent Munier est originaire des Vosges. Avec son pès il bivouaque souvent en forêt et réalise très tôt de l'affût pour prendre des animaux en photo. Plus tard, il prendra la décision de faire de cela son métier et parcourera le monde et les zones les plus reculées du monde, parfois seul, pour capturer des images incroyages de la vie sur terre.

Cyrille de Vignemont est un photographe français avant gardiste qui a été présentés dans de nombreux salons internationaux.

Laetitia Vançon n'hésite pas à prendre de risques dans ses portraits. Elle rejoint les îles des 4 coins de l'Europe est nous transmet la difficulté d'être ilien : vivre loin du monde et dans une mini communauté où il peut être dur de trouver l'âme soeur ou de s'assumer et de se sentir comme dans une prison. Elle est née à Toulouse (31).

Philippe Bourseiller est un reporter photographe français. Il effectue entre autres des photographies en milieu hostile comme dans les zones les plus froides de notre planète.

Raymond Depardon est un célèbre photographe, photo-journaliste, réalisateur français.

Photoreporter juste après la Seconde Guerre mondiale, Edouard Boubat est marqué par les atrocités et décide de consacrer son œuvre à la célébration de la vie.

Ce métier lui donne assez de liberté et il multiplie les voyages. Il a fait également des portraits devenus célèbres de nombreuses personnalités.

Il s’intéresse particulièrement à montrer les moments vides de la vie et en exalter tout le bonheur. Il présente « un quotidien dépouillé mais plein de grâce, de poésie et d'une plénitude intemporelle.

Christian Bobin illustre des photos de Boubat dans son livre "Donne-moi quelque chose qui ne meurt pas".

Olivier Föllmi est un photographe voyageur.

Né en 1958, Olivier Föllmi est de nationalité franco-suisse. En 1975, alors qu'il n'a que 17 ans, il obtient une bourse de voyage pour partir à la découverte de l'Asie. Entre 1976 et 1986, il erre à travers ce continent entre les monastères et son pays d'adoption le Zanskar. Une affection particulière le lie donc très tôt à l'Asie. Il reçoit dès 1980 le Premier Prix de Photographie. Photographe-Conférencier, il témoigne du sort du Tibet envahi (1984-1987) et s’implique pour la cause tibétaine auprès du Dalaï-lama. En 1987, il remporte le Prix Hommes sans frontières au festival du film de voyage de Royan pour son reportage « Tibet-Zanskar ». Föllmi consacre les années 90 au voyage. Il relate par la suite ses expéditions en terres lointaines dans des livres illustrés splendides tels Eveils, Hommage à l’Afrique, Sagesse… Dès 1998, Olivier Föllmi est sollicité par des médias prestigieux comme National Géographic, Paris Match, Géo, Life,… Il reçoit le Prix de la Presse en 1991. Depuis 2003, il sillonne la planète avec ses assistants pour en capter la richesse, la beauté et la diversité. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont la collection ''Sagesses de l'humanité''. Ses photographies font l'objet d'expositions dans le monde entier.

Mes voyages m'ont fait aimer les Hommes. J'arrive toujours dans les villages avec un sac de magie en bandouilière pour créer un lien et développer une connivence.  Mes plus belles photos sont mes plus belles rencontres.


L-ORANGER ART (sculpture à vendre)

Ci-dessous une sculpture réalisée par L-ORANGER ART (que vous pouvez voir sur Rennes ou durant une de mes futures expositions).

Vagabondes

2 tortues en terre cuite patinées flottent autour d'une planète errante en raku. Seconde création originale avec cette composition.

Socle métallique soudé.

Prix : 130€.